public|spip|ecrire:vous_etes_ici public|spip|ecrire:accueil > CLASSE RELAIS

La Classe Relais de Villeneuve-la-Garenne offre aux collégiens de la ville, engagés dans un processus de déscolarisation et de désocialisation, un accueil temporaire et adapté à leurs besoins. Il repose sur l’acceptation du jeune et de sa famille, formalisée dans un contrat d’admission .

I. Historique et Fonctionnement

A. L’origine de la structure

Il arrive très souvent que certains de nos élèves aient du mal à accepter les règles communes, sur le plan du travail scolaire comme sur celui du comportement. Par le dialogue et par le soutien, nous essayons, avec l’aide de leurs familles, de les aider à changer l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et de les amener à une attitude plus positive. Mais nous échouons parfois : des élèves refusent systématiquement de se plier au règlement, se donnent tous les droits, n’acceptent pas l’autorité des adultes, intimident leurs camarades, provoquent professeurs et surveillants, se laissent aller à des paroles ou à des gestes violents. Ils perturbent les autres élèves et se mettent, eux-mêmes, en situation d’échec, en danger d’exclusion. Le dialogue ne suffit plus car leurs problèmes, scolaires et/ou personnels, sont trop lourds. La sanction ne sert plus à rien, au contraire, sa répétition procure à ces jeunes, souvent déjà accablés, un sentiment d’injustice, et les rend encore plus violents. L’exclusion n’est pas une solution : nous y sommes parfois contraints mais c’est une forme d’échec. Elle fait naître chez ces jeunes un profond sentiment de rancœur, voire un désir de vengeance qui peut parfois générer une violence accrue. Une de nos collègues en a fait la douloureuse expérience le 14 juin 1996 où elle a été très grièvement blessée à la suite d’une agression à coups de batte de baseball par un élève exclu définitivement de l’établissement suite à un conseil de discipline. C’est pour préserver une ambiance plus adéquate au travail dans les classes, et protéger les élèves déviants que nous avons mis en place ce dispositif innovant à la rentrée scolaire 1996.

B. La mise en réseau

La Classe Relais se trouve au sein du collège Georges Pompidou à Villeneuve-la-Garenne depuis septembre 1996. Elle a été mise en réseau départemental en juin 2003 par décision du Conseil d’Administration en accord avec les autorités académiques. Depuis, la structure accueille des jeunes issus des deux collèges de Villeneuve-la-Garenne, Georges Pompidou et Edouard Manet.

C. Le public Visé

Seuls relèvent de la Classe Relais les élèves de collège entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire, qui peut se traduire par des manquements graves et répétés au règlement intérieur (interventions intempestives en cours, absence de prise en compte des remarques du professeur, intimidations, propos grossiers ou insultants, menaces...), un absentéisme chronique non justifié, une démotivation profonde dans les apprentissages, voire une déscolarisation. Un élève en situation d’échec scolaire total doit faire l’objet d’une réadaptation dans une structure spécialisée pour toute sa scolarité. Cependant, la recherche de cette structure et le travail de préparation à une réorientation peuvent se faire dans le cadre de la Classe Relais.

Cette structure n’est ni une classe "poubelle", ni une sanction, ni une exclusion. Le passage d’un élève dans ce dispositif ne peut être envisagé que de manière positive, comme une pause nécessaire, une prévention à un dérapage, une aide à l’élaboration de solutions adéquates à la situation et aux difficultés de l’élève.

D. Les objectifs majeurs

Le séjour en Classe Relais vise à :
► permettre la reprise normale de la scolarité ou l’entrée dans un cycle de formation professionnelle,
► réintégrer l’élève dans un cadre de relations sociales apaisées et réglées. L’’accent est tout particulièrement mis sur la motivation, l’autonomie et l’affirmation positive de soi, dans le cadre d’une collaboration étroite entre l’équipe de la Classe Relais et celle du collège d’origine afin de favoriser un retour réussi, notamment grâce à la mise en place d’un tutorat. Quand le cas de l’élève le justifie, une prise en charge individualisée est mise en place dans le cadre des partenariats locaux.

E. Les actions mises en place

Afin de remplir pleinement sa mission, l’équipe de la Classe Relais conduit avec l’aide de ses partenaires locaux, un certain nombre d’actions :

1. Prendre en charge l’élève déviant dans un cadre approprié afin d’établir un diagnostic sur les causes de ses difficultés, d’aller avec lui et sa famille au fond des problèmes, de cesser, donc, de réagir au coup par coup et dans l’urgence.

 Diagnostic scolaire : se pencher sur les blocages, les lacunes, la méthode de travail et assurer une prise en charge individualisée et adaptée à la situation de l’élève.

 Check-up personnel et familial : mener une réflexion avec l’élève sur son comportement et travailler en liaison étroite avec l’équipe médico-sociale de l’établissement (l’assistante sociale, l’infirmière, le médecin scolaire et le psychologue clinicien) afin d’anticiper toute situation pouvant compromettre la scolarité de l’élève.

 Travail d’orientation approfondi sous forme de bilan individuel (avec l’accord de la famille) visant à élaborer le projet personnel de l’élève, mettre en place avec lui des solutions et trouver à l’issue de la Classe Relais la structure scolaire la plus appropriée.

2. Engager le dialogue avec l’élève, l’écouter, lui redonner la parole et l’accompagner afin d’instaurer un climat de confiance plus favorable au travail.

3. Motiver l’élève, le guider dans la voie de l’autonomie, l’aider à reprendre confiance en lui et le valoriser.

4. Guider l’élève dans la voie de la citoyenneté, lui expliquer l’intérêt de respecter les lois de la république et le mettre en garde contre les conséquences qui pourraient découler de la transgression de celles-ci.

5. Organiser régulièrement des sorties pédagogiques (rallyes sportifs et culturels, visites de Musées, découvertes d’entreprises ...) dans le but de sortir l’élève de son environnement habituel et l’amener à s’ouvrir sur le monde qui l’entoure, tout en visant à élargir sa curiosité.

6. Assurer un suivi post Classe Relais par le biais de nos partenaires locaux : Réussite Educative (PRE), la VAVU, association locale de prévention (accompagnement individualisé), voire Soin et Culture à plus long terme quand la situation du jeune le justifie.

7. Assurer un lien étroit avec la famille de l’élève (communications téléphoniques, entretiens ponctuels et programmés fiche de bilan hebdomadaire remise tous les lundis). Un groupe de parole est mis en place dans le cadre du CUCS.

F. Le fonctionnement

La Classe Relais n’est pas une structure de relégation. Les élèves restent rattachés à leur classe d’origine, sous la responsabilité de leur professeur principal et du chef d’établissement d’origine. Chaque trimestre, nous recrutons un groupe d’élèves à faible effectif (six à huit élèves au maximum), issus des deux établissements. La première session commence au mois d’octobre. Deux semaines de relâche interviennent après chaque session afin d’en faire un bilan approfondi et de préparer la suivante.

Ces jeunes proviennent généralement de plusieurs niveaux. Par conséquent, les groupes que nous accueillons demeurent très hétérogènes et nous imposent la mise en place de parcours individualisés. La Classe Relais étant située dans l’enceinte du collège Georges Pompidou, le Règlement Intérieur de celui-ci est appliqué aux élèves du dispositif avec toutefois des aménagements.

1) Le recrutement des élèves

● À la demande de l’équipe pédagogique

L’équipe pédagogique de la classe peut envisager la candidature d’un élève et en informe alors la Conseillère d’Orientation Psychologue, l’Infirmière Scolaire et l’Assistante Sociale qui reçoivent l’élève. Ensuite, l’élève et ses parents sont reçus par le professeur principal de la classe qui tente d’obtenir leur adhésion en soulignant l’aspect positif et valorisant de cette structure. Si ces derniers donnent leur approbation, le professeur principal constitue le dossier et le présente à la commission d’affectation qui prend la décision de son intégration dans le dispositif. L’élève et sa famille rencontrent alors le coordonnateur de la structure.

● À la demande de la famille

Tout responsable légal qui le souhaite a la possibilité de prendre l’initiative et de formuler une demande d’admission en Classe Relais de l’enfant dont il a la charge, auprès du Chef d’Établissement. Ce dernier se charge alors d’en informer l’équipe pédagogique de la classe d’origine afin que le professeur principal procède à l’élaboration du dossier d’admission et le présente à la commission d’affectation. Dans ce cas, l’approbation de l’équipe pédagogique de l’élève est vivement souhaitable mais pas préalable.

● À la demande des partenaires locaux

Si le jeune n’est plus inscrit dans un établissement scolaire, le responsable des services éducatifs de la Protection Judiciaire de la Jeunesse ou des collectivités locales peut prendre l’initiative et construit un dossier d’admission en Classe Relais. Ce dossier détaille les diverses mesures d’aide et de soutien dont a bénéficié le jeune et inclut l’avis du Conseiller d’Orientation Psychologue, du Médecin Scolaire et de l’Assistante Sociale, ainsi que l’accord de la famille ou du responsable légal. Il importe que le dialogue conduit à cette occasion permette, si nécessaire, de convaincre le jeune et sa famille de l’intérêt du dispositif et puisse déboucher sur un véritable engagement de l’élève dans la démarche. Une évaluation de la situation sociale du jeune ainsi qu’un bilan médical peuvent être effectués.

2) Le séjour en Classe Relais

Le jeune affecté en classe relais séjourne au minimum huit semaines dans le dispositif. Il est tenu à l’assiduité dans des horaires cadrés et décalés. Il est donc à la fois dans le collège et hors de ses habitudes. Pendant cette période, il reste sous statut scolaire et demeure en conséquence sous la responsabilité de l’institution scolaire d’origine, son professeur principal devant le rencontrer aussi régulièrement que possible pour faire le point. Si la durée de l’accueil prévu au sein du dispositif est plus longue, alors l’inscription de l’élève auprès de l’établissement scolaire de rattachement pourrait être envisagée.

3) Les modalités de travail

À son arrivée en Classe Relais, l’élève doit être accompagné d’un dossier qui fait apparaître toutes les informations utiles concernant son travail, ses difficultés, ses capacités, ses points positifs à valoriser, son comportement, les différentes actions qui ont été menées avec l’élève et l’historique des contacts entre le collège et la famille. De cette manière, l’équipe de la Classe Relais peut mettre en place un parcours de formation personnalisé offrant de réelles chances de retour dans une scolarité normale. Compte tenu de la disparité des niveaux, chaque élève travaille à son rythme mais l’emploi du temps de l’élève se rapproche progressivement d’un emploi du temps traditionnel. En cas d’absence imprévue d’un intervenant, les élèves de la Classe Relais restent dans leur salle de classe et travaillent sur les différents logiciels pédagogiques mis à leur disposition, en relation avec la matière prévue à ce moment-là.

4) L’évaluation et le suivi des élèves

Le coordonnateur de la structure reçoit l’élève en fin de semaine afin de faire un bilan hebdomadaire. Guidé par son professeur, le jeune tente alors de faire le bilan de la semaine écoulée, le but étant d’épauler l’élève de manière à ce qu’il fasse lui-même une auto-évaluation qui est consignée dans un document de travail transmis à la famille chaque lundi. Celui-ci permet d’observer l’évolution du jeune d’une semaine sur l’autre. Le coordonnateur rencontre ensuite l’élève et ses parents une semaine sur deux afin de faire le point. C’est l’occasion de valoriser les progrès du jeune et de consolider le partenariat avec la famille. Ensuite, un bilan de mi-parcours est remis à la famille en présence du jeune à la fin de la quatrième semaine. Lors de cet entretien le jeune est invité à faire son propre bilan en terme de comportement et de compétences acquises, encours d’acquisition ou qui restent à acquérir. Les autres membres de l’équipe sont également associés à cette démarche selon les situations. Enfin, un bilan de fin de session, réalisé par l’équipe lors de la réunion de synthèse hebdomadaire, mentionnant, outre le programme dispensé, les commentaires des enseignants/intervenants mais aussi les compétences transversales évaluées, est présenté à l’élève en présence de sa famille, ce qui contribue à le valoriser et à le soutenir dans sa démarche de changement. C’est aussi l’occasion de recueillir les observations de l’élève et de sa famille sur les différents aspects de son séjour dans le dispositif. Quand la situation de l’élève le justifie, celui-ci est orienté, avec l’accord de sa famille, vers nos partenaires locaux pour un suivi post Classe Relais.

5) À l’issue de la Classe Relais

Quatre possibilités s’offrent à l’élève :

► La réintégration dans la classe d’origine ou dans une autre classe de même niveau au sein du collège d’origine.

► La réintégration dans une classe de même niveau dans un autre collège.

Il est indispensable d’officialiser le retour d’un élève en présence du CPE, voire même du Chef d’Établissement ou de son adjoint afin de lui signaler de manière solennelle que sa réintégration s’accompagnera d’un suivi particulier. Ce suivi devra être pris en charge par des adultes du collège d’origine sous la forme d’un tutorat. Cet aspect nous semble véritablement indispensable et nécessite une implication des différents personnels concernés, afin que l’élève puisse continuer de bénéficier d’un encadrement adapté à ses difficultés.

►La réintégration dans une structure spécialisée. Cette solution peut être proposée sur avis de la Conseillère d’Orientation Psychologue mais elle nécessite l’approbation de l’élève et de sa famille.

► Pour les élèves les plus âgés, des articulations sont à rechercher avec les lycées professionnels, la Mission Générale d’Insertion, les Centres de Formation d’Apprentis (CFA), les dispositifs régionaux de formation... sous forme d’un projet professionnel.